Un week end en Charente Maritime

charente-maritime-promenade

L’île d’Oléron, douceur sucrée

La Charente maritime, je la connais, c’est ma Madeleine de Proust. Etant enfant, j’étais abonnée aux colonies de vacances à l’île d’Oléron. Pour tout vous dire, chaque année, je pleurais à l’occasion du départ, parce que je ne voulais pas partir. Elles ont été pour moi l’occasion de découvertes, d’activités nouvelles et des joies des multiples ramassages de pommes de pin et de coquillages sur la plage. Sauf qu’étrangement, je ne les ai jamais aimé ces colonies.

J’avais trois seuls et uniques moments de bonheurs en réalité. Le premier c’était la joie de pouvoir entendre mon nom dans la distribution quotidienne des missives qui arrivaient en masse le matin. La seconde, c’était le colis plein de friandises que je recevais, cette coutume douce et sucrée de la confrérie de la colonie de vacances. Et le bonheur ultime, celui qui se plaçait au dessus de tous les autres, qui soufflait inlassablement loin toutes les pénibles larmes , c’était LA visite. La visite de mon père, de ma mère et d’une amie de famille. Chaque année, ils venaient passer une journée à l’ïle d’Oléron, organisant minutieusement mon enlèvement au passage. Chaque année on allait manger une glace à la vanille. Chaque année on allait voir un phare et chaque année on allait marcher sur la plage. Et chaque année, je pleurais, parce qu’à chaque fois il fallait que je revienne dans les rangs coloniaux sans pouvoir rentrer avec eux.

J’en garde depuis un souvenir attendrissant et quelques éraflures tant certaines personnes resteront à jamais liées à cette glace à la vanille.

Ce weekend, je suis allée voir la mer. j’y suis revenue sur l’île pour la première fois en tant qu’adulte, plus apaisée mais non sans ma glace à la vanille. J’ai aussi réclamé d’aller sur la plage de Boyarville. Ce fut une visite guidée et commenté par Alex puisque c’est ici, c’est chez lui. C’était beau, de revoir l’île. Une simple balade à l’abris des gens mais pas du vent. Les plages étaient presque vides,  l’océan soufflait fort raccourcissant les promenades.

 .

Du côté du village de Morac sur Seudre

Ce village est un ancien port de pêche. Sa principale activité aujourd’hui est l’ostréiculture et le sel produit par ses marais. Le village, typique du littoral charentais, se découvre, au fil des ruelles, de ses maisons  de pêcheurs aux façades colorées et enjouées.

village-Mornac-Charente-Maritime village-Mornac-Charente-Maritime (2) village-Mornac-Charente-Maritime (8) village-Mornac-Charente-Maritime (3) village-Mornac-Charente-Maritime (4) village-Mornac-Charente-Maritime-colza village-Mornac-Charente-Maritime-colza (2) village-Mornac-Charente-Maritime (7) village-Mornac-Charente-Maritime (6) village-Mornac-Charente-Maritime (5) fleurs-colza-charente-maritime (2) fleurs-colza-charente-maritime

.

L’île d’Oléron, ma madeleine

Où quand les images se passent de mots. C’était bien.

ile-d-oleron-charente-maritime (2) ile-d-oleron-charente-maritime (4) payasage-ile-d-oleron-charente-maritime iles oleron tourisme ile-d-oleron-charente-maritime ile-d-oleron-charente-maritime (3)

.

Royan et la côte sauvage

La Côte Sauvage du littoral Royannais, ce sont des kilomètres de plages s’offrent à vous dans un environnement des plus naturel et préservé. Des immenses forêt de pins , des multiples plages. Ici, nous étions seuls au monde, au milieu de la tourmente des vents et du bruit des vagues.

cote-sauvage-royan cote-sauvage-royan (4) cote-sauvage-royan (2) cote-sauvage-royan (5) cote-sauvage-royan (3) cote-sauvage-royan (6)

.

C’était quand votre dernière promenade en Charente ?

Aller, on termine par une photo de tajine poulet citron fait maison et une photo volée de Flamands roseS au zoo de la Palmyre 😉

.

 tajine poulet cirton

flamands-rose-palmyre-royan (5)

.

5 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J\'accepte