Avertissement : cette trousse de toilette n’efface en aucun cas les quantités de CO2 pro produites par nos voyages en avions. Elle n’efface et ne compense rien. Et elle ne suffit pas pour faire de nous des voyageurs éco-responsables.

Trousse de toilette écolo voyageur

On considère le voyage et l’environnement comme Laurel et Hardy : l’un sans l’autre, il n’y a plus trop de sens ma pauvre Lucette. Je l’ai l’expliqué dans de précedents articles sur la thématique écolo, on n’a jamais été un modèle de bienséance, et on a pas forcément envie de le devenir. Notre conscience écologique s’est sensibilisée au fur et à mesure de nos expériences, c’est comme ça que ça se passe je crois et c’est bien sûr personnel à chacun. Mais c’est quand même vachement égoïste de profiter de la nature sans réfléchir à l’impact écologique que peut laisser notre présence et notre passage. On te le fais pas dire Lucette.

On vous parle de la trousse de toilette écologique du voyageur, mais filles, garçons, c’est pour tout le monde ! L’article s’adresse même à ceux qui veulent faire attention au quotidien. Pas de leçon de morale ici, On partage simplement mon expérience, nos tests et nos ressentis lors des différentes utilisations. En dehors du fait que ces produits soient impeccables pour faire du gringue à l’environnement, c’est les meilleurs produits qu’on a pu trouver en terme de praticité, efficacité et durée de vie depuis toujours, alors pourquoi se priver ? Tu viens Lucette ? C’est d’la bonne. Même Alex, qui au départ, était un poil dubitatif quant à cette came un peu étrange, a finalement décidé qu’il allait tout garder  !

.

La trousse écologique du voyageur, c’est quoi ?

.

Trousse de toilette écolo voyageur

On fait une petite mise au point. On n’emporte pas systématiquement tous les produits ci-dessous quand on voyage. Généralement on fait trousse commune avec Alex : un shampoing solide, un savon, un déodorant solide, un galet de dentifrice, un peigne, un peu d’huile végétale et d’Aléo Vera et nos brosses à dents respectives. Efficace et léger.

Que mettre dans sa trousse de toilette quand on voyage ?

On rajoute de l’arnica et quelques huiles essentielles en guise de pharmacie et c’est tout. Le reste, c’est à l’appart. J’ai aussi une petite collection d’huiles essentielles et végétales, dont je reparlerai éventuellement ici, si le sujet est susceptible d’intéresser Lucette ou l’un de vous.

  • Nos contraintes : bio, que ça génère le moins de déchets possible, et cruetly-free/vegan (pour moi surtout Chryslà). Certes, c’est vrai que ce n’est pas toujours possible d’avoir tout en même temps, ce n’est pas si grave Richard, on fait comme peut. Et non, le savon, tu ne le manges pas, vegan ou pas, mais c’est tout même là que tu t’aperçois de toutes les cochonneries et la souffrance inutile qu’ils sont capable de te fourrer entre deux bouts de savon fondus.
  • Les critères les plus importants restent le confort (et là c’est tout à fait subjectif) et l’efficacité. Ce n’est pas facile de se sortir d’une routine ancrée, on le sait. Dans tous les cas, c’est différent, ce n’est pas pas comme avant, les sensations et les habitudes changent, c’est évident, mais ça ne veut pas dire que c’est moins bien. Ce qui peut paraître inconfortable au départ, devient très rapidement naturel au bout de quelques semaines.

Les huiles végétales et les huiles essentielles pour la trousse à pharmacie du voyageur

.

Il en existe d’autres, j’en possède d’autres et Lucette en utilise peut-être d’autres également. J’ai choisi d’utiliser et d’emmener régulièrement celles-ci parce qu’elles nous conviennent plutôt bien et qu’elles peuvent s’utiliser pour plusieurs maux. N’oubliez pas de vous renseigner quant à l’utilisation des huiles essentielles (conditions, posologie) et choisissez les bio si possible, si vous ne souhaitez pas vous badigeonner d’un concentré de pesticides.

Lavandin super :

Je l’utilise essentiellement diluée dans de l’huile végétale, pour les piqures d’insectes, la relaxation, les plaies. Je l’utilise aussi pour son côté relaxant, mais je n’ai pas encore pu tester tous les bénéfices qui lui sont attribués ci-dessus.

  • Antispasmodique puissant 
  • Décontractant musculaire 
  • Anti-inflammatoire important
  • Calmante, sédative, relaxante
  • Dermatoses infectieuses, allergiques, escarres
  • Crampes, contractures musculaires
  • Migraines
  • Plaies
  • Brûlures
  • Piqûres d’insectes

Eucalyptus citronné :

Je l’utilise surtout pour son côté anti-inflammatoire, dilué dans de l’huile (d’arnica). On peut l’utiliser en synergie avec du tea tree ou d’autres huiles essentielles. Elle m’a été très utile lors de ma entorse (elle me sert encore à ce propos) et c’est assez efficace. J’ai pu m’apercevoir alors (par accident, je puais le rouleau de printemps) qu’effectivement, le côté citronné prononcé fait fuir les moustiques. Ainsi qu’Alex.

  • Anti-inflammatoire et antirhumatismale puissante 
  • Antalgique remarquable 
  • Répulsive des moustiques
  • Apaisante cutanée
  • Calmante et sédative

Tea Tree :

Celle-ci je l’utilise essentiellement pour son action antibactérienne (mélangée à de l’huile sur la peau) ou dans les produits ménager en synergie avec de la lavande. Je n’ai pas encore pu tester tout ce pourquoi elle est réputée. Par contre attention, elle pue.

  • Antibactérien
  • Radio-protectrice
  • Antifongique
  • Antiviral 
  • Antiparasitaire 
  • Anti-inflammatoire
  • Favorise la contraction des muscles.
  • Purifiante (peau)
  • Stimulante

Menthe poivrée :

Je l’utilise pour les maux de tête (bien efficace, une goutte sur chaque tempe), son côté rafraichissant, pour le mal des transports et déboucher le nez ;) (une ptite goûte).

  • Tonique et stimulant cardiaque, digestive, pancréatique et nerveuse 
  • Anesthésique et antalgique, antiprurigineuse, elle calme les démangeaisons.
  • Rafraîchissante 
  • Décongestionnant nasal, hépatique et prostatique
  • Bactéricide, fongicide
  • Mal des transports, vertige
  • Névralgie, sciatique, arthrite, rhumatismes, tendinites, migraines, céphalées
  • Rhinites, sinusites, otites

Macérât d’arnica :

On l’utilise principalement pour réduire les ecchymoses et soulager les contusions. Réputé pour ses vertus anti-inflammatoires, il s’emploie aussi pour masser les zones enflammées : entorse, arthrite, etc. Testé et approuvé sur mon entorse et mes bleus.

Noisette :

Elle est apaisante et adoucissante, et elle pénètre bien la peau, très utile pour le soin des peaux mixte à grasse. Elle ne laisse pas de film gras, elle a une action équilibrante et elle est non comédogène. Je l’utilise sur le visage, mélangée à de l’aloé Vera pour en faire une crème de jour minute. J’alterne de temps en temps avec de l’huile de jojoba.

Macadamia :

C’est une huile structurante, nourrissante, protectrice et adoucissante. Elle est utilisée pour les peaux fragiles et pour traiter gerçures et crevasses. Fluide, elle pénètre sans laisser de film gras, je l’utilise sur le corps quand j’ai la peau sèche et sur les lèvres quand elles sont abimées (mais pas que).

 

Je l’utilise essentiellement pour les douleurs sportives mais il soulage aussi les douleurs inflammatoires, du dos les muscles tendus et endoloris. Je peux l’utiliser également pour les maux de tête, à la place de l’huile essentielle de menthe poivrée (sur les tempes). Il ne remplace ni un médecin ni un kiné mais dans mon cas, il fait bien illusion.

Le pot est petit, mais il suffit de peu de baume pour masser la zone douloureuse.

Baume du tigre rouge – Prix : 7€50

.

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

Notre utilisation au 14/01/20

On a viré l’huile de et macadamia de notre trousse, elle vient de trop loin, échangé avec celle de pépin de raisin.

Quels shampoings, déodorant et savon solides choisir pour partir en voyage?

On a mis un peu de temps pour trouver ce qui nous convenait le mieux, notamment en terme de shampoing et déodorant solide. Ce que je peux vous dire avant d’entrer plus en détails dans les onglets un plus bas, c’est que la durée de vie de ces produit est impressionnante, ainsi que leur efficacité. J’ai mis quasiment 7 mois à venir à bout du déodorant, plus de 3 mois pour le shampoing solide et autant pour le savon. Alex les apprécie pour leur durée, mais aussi parce que « c’est efficace » « ça pue pas » et que « ça se rince vite ».

Concernant le savon, choisissez en un saponifié à froid. Atta Lucette fais pas la grimace, je t’explique. Cette méthode de fabrication veut dire que le savon n’est pas chauffé et que de ce fait on peut y introduire des huiles végétales, des huiles essentielles, des actifs naturels, qui vont conserver toutes leurs propriétés. Evidemment, ce n’est absolument pas le cas du savon que vous achetez en grande surface (chauffé autour de 120°) : les actifs ne sont plus efficaces, c’est souvent bourré d’huile de palme et de choses bien moisies. En plus, bien souvent ils enlèvent  les seuls ingrédients bénéfiques pour vous, pour les revendre à d’autres.  Pas joli hein ?

Nous utilisons un shampoing solide =de la marque Pachamamai. Il est bio et vegan, il mousse super bien, et qu’il me fait briller les cheveux comme jamais, il nous les laisse tout doux. Avant il me fallait un démêlant après chaque shampoing, sous peine de peine de perdre des poignées de cheveux, ce n’est plus le cas aujourd’hui (je me peigne avec un démêloir en bambou). Franchement on l’utilise maintenant depuis presque 2 ans et nous en sommes toujours aussi contents !

Le prix peut sembler un peu délirant, mais compte tenu de la composition et la durée de vie du produit, laissez-moi vous dire que nous sommes  largement gagnants économiquement parlant comparé au shampoing qu’on utilisait avant.

Je vous avoue, je n’ai pas cherché 10 ans, ce qui tombe bien, vu que je n’aime pas chercher durant 10 ans. Je suis tombée un peu par hasard sur la marque Clémence et Vivien,  que l’on retrouve en ligne, sur leur site ou ailleurs, ou même dans des points de distribution physique.

Leur savons sont saponifiés à froid, bios, vegan, pas chers, avec une gamme très largement déclinée qui fait que c’est aussi cool pour les filles que les garçons ;) Alex aime beaucoup « l’Emir ».

Savons Clémence et Vivien – Prix : 3.90€

Les deux que je dont je vous parler ont été également testé sur une longue période, testés et approuvés :

  • Ils ont une durée de vie de ouf, plus de 6 mois.
  • Les deux sont bios, vegan, et ne génèrent aucun déchet.
  • Ils sont efficaces . Je suis très sportive (même diplômée d’état), et j’en ai testé des déodorants, et des deux là sont vraiment top contre les odeurs, même Alex en a été bufflé.
  • L’utilisation est simple : on passe le bloc solide sous l’eau et on le frotte doucement sous l’aisselle. Ils ne laissent pas de traces.
  • Ma préférence va à celui de Pachamamai que je trouve encore plus efficace, outre le fait que je trouve que le Lamazuna pique des fois un peu inutilement les aisselles.
  • Déodorant solide Pachamamai – Prix : 12 €
  • Déodorant solide Lamazuna – Prix : entre 9 et 12 €

Vous devinerez qu’étant donné la durée de vie du produit, c’est un investissement qui s’avère très rapidement rentable.

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

Notre utilisation au 14/01/20

Nous utilisons toujours le déodorant solide Pachamamaï et le shampoing solide de la même marque depuis plus de deux ans maintenant et nous en sommes toujours aussi contents et satisfaits. Aucune attache à la marque, on connaît juste les produits, ils nous vont mais on leur jure pas fidélité. On aimerait pouvoir simplifier notre routine déo avec du bicarbonate de soude. On utilise toujours du savon solide, dont la marque nous importe peu, tant que les prix et la composition sont ok.

Lavage, hydration et soin du visage en voyage et à la maison

Pour le coup, je sais que j’ai une approche assez minimaliste et que ça ne peut pas forcément convenir à tout le monde. Alors même si au quotidien ça peut vous sembler étrange (mais ça ne l’est pas, c’est très efficace et simple, au contraire), vous pouvez essayer d’adopter cette routine en voyage, la nature vous remerciera ! Ou pas.

Je vous vois venir… : « Hein de quoi ? De la terre pour se laver ?! Mais ça va pas ! ». Alors si, rassure toi Lucette, je vais très bien.

A l’origine, le Rhassoul est utilisé par les femmes Orientale pour les soins capillaire et leur corps. Cette argile est extraite des seuls gisements connus dans le monde, situés en bordure de moyen Atlas au Maroc. C’est une terre dite « saponifère » qui « lave ».

Le rhassoul s’utilise en tant que savon très doux grâce à sa grande aptitude à fixer les graisses et à véhiculer de l’eau.  A la différence des shampooings et savons, le Rhassoul ne contient aucun tensioactif et nettoie selon un processus physique en absorbant les impuretés et les graisses. Il respecte ainsi le film hydrolipidique de la peau et du cheveu et n’irrite pas les glandes sébacées.

Je l’utilise pour me laver le visage. C’est très doux, et la texture une fois sur le visage ressemble un peu à de l’argile mélangée au savon. Le mélange rhassoul/eau (je dose un peu au hasard, en essayant que ce soit pas trop pâteux plus pour pouvoir l’étaler correctement) se rince assez rapidement, mais attention aux maladresses, ça maquille aussi un peu le lavabo ;)

Les prix varient mais ce n’est pas très cher, sauf si vous l’utilisez pour vous laver le corps aussi ;)

Je l’utilise pour hydrater mon visage (il est excellent pour ça) mélangé à de l’huile végétale (pour nourrir) en tant que crème hydratante minute, et en après soleil, car le gel fait également des miracles. Une noisette dans le creux de la main, 3/4 gouttes d’huile végétale (vous pouvez ajouter aussi de huile essentielle), on mélange vite fait du bout des doigts et c’est parti.

Il est conseillé de la conserver au frigo, donc effectivement quand on part en voyage ce n’est pas forcément évident, mais je n’ai jamais eu de souci avec les conditions de conservation extrêmes jusqu’à aujourd’hui ;)

Quand vous l’achetez, faites bien attention à la concentration, il y a pas mal d’arnaques et le gel est souvent coupé avec de l’eau ou d’autres produits.

Marque Planters – 13,20 € (moins de 8 € à la parapharmacie Lafayette de Toulouse). C’est la plus pure que j’ai pu trouver sur le marché. (Si jamais vous avez mieux, n’hésitez pas à partager l’info).

Un tube d’aloé vera me dure quelques mois. Je n’ai pas pu trouver de solutions quant à son emballage. Il est possible de couper une feuille en deux, dans le sens de la longueur. et d’en récolter le gel. Economiquement, je ne sais pas ce que ça vaut.

Je l’utilise soit seule (oui oui) après le nettoyage au rhassoul, soit avec de l’huile végétale. Elle fait office de gommage et rend la peau carrément douce ! L’éponge de Konjac Lamazuna (celle que j’utilise) est 100% naturelle et végane, elle est fabriquée à partir de racine de konjac en poudre et d’eau. Il n’y a aucun colorant ni de traitement chimique pour la blanchir. Sèche, elle est bien dure et une fois gorgée d’eau, elle double de volume.

Elle est adaptée à tous les types de peaux,  ainsi qu’aux peaux très sensibles (elle ne déséquilibre pas le pH de la peau et peut s’utiliser sans savon).

Durée d’utilisation d’une éponge : 1 à 3 mois en fonction de l’utilisation (changez d’éponge lorsqu’elle commence à changer d’aspect ou qu’elle commence à se décomposer).

Eponge de Konjac Lamazuna – Prix : 8.50€

J’étais sceptique mais je les trouve top ! Leur principal intérêt, et notamment en voyage, c’est qu’elles sont donc lavables, réutilisables plus de 300 fois chacune mais surtout, elles sont efficaces qu’avec de l’eau (testé et approuvé) grâce à leur tissage. 10 Lingettes durent… 10 ans ! 10 ans c’est le temps qu’il faut pour utiliser 6500 cotons jetables pour information ;).  C’est aussi très pratique pour se nettoyer un peu le visage quand on a rien d’autre sous la main, en rando ou en voyage nature par exemple.

NB: Non testé avec du maquillage résistant à l’eau

Recharge lingettes écologique Lamazuna – Prix : 9.90 €

 

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

Notre utilisation au 14/01/20

Depuis la rédaction de cet article, seul l’Aloe Vera est restée en utilisation régulière, ainsi que les cotons réutilisables mais d’une autre marque (les tendance d’Emma, Day By Day). Nous ne sommes plus attachés à une marque et on essaie de simplifier notre routine quotidienne au maximum avec des produits à utilisation mixte.

Choisir son dentifrice solide et ses cotons tiges (oriculi),sa brosse à dent et son peigne écologique

J’utilise un rasoir à lame interchangeable pour me raser la barbe, c’est Alex qui m’a donné un de ses anciens et ça me convient très bien. Pour la barbe panique pas Lucette, je déconne. Et j’emporte toujours les traditionnels coupes ongles/lime et la pince à épiler. Le trio durable utile et gagnant. Pour le reste, je vous détail tout ça juste en dessous.

C’est comme galet ! C’est un dentifrice naturel aux deux menthes (menthe poivrée, menthe des champs), fà base d’argile verte, et de xylitol sans fluor ni triclosan. Il rafraîchit bien l’haleine, la menthe est idéale pour l’utilisation. Il est sain, écologique et pratique, il dure aussi longtemps que 2 tubes classiques. Labélisé Cruelty free & vegan par PETA.

On l’utilise en humidifiant très légèrement la brosse à dents, en frottant deux ou trois fois le galet puis on peut se brosser les dents.Et il mousse ! Moins qu’un dentifrice classique certes (demandez vous si cette mousse est naturelle ?), et il est efficace. Je laisse la boite ouverte pour le laisser sécher entre deux utilisation (et je la referme quand je le transporte).

La petite boite est rechargeable, et je trouve les produits Pachamamai dans le Day by Day à côté de chez moi.

N’oubliez pas une chose, dans le brossage de dents, la mousse est illusion, le plus important restera toujours le brossage ;)

Dentifrice solide Pachamamai –  Prix : 12 €

C’est une brosse à dents en bambou, 100% biodégradable (les poils aussi) et compostable.

Brosse à dents aux poils softs, infusés au charbon végétal. La coloration est artisanale, sans peinture, faite à la main en France. Sa durée de vie est de 3-4 mois ! L’emballage se constitue d’une boîte en carton, afin de ne pas polluer l’environnement. Il se dégrade rapidement et complètement.

Brosse à dents en Bambou – Pachamamai – Prix : 7.50€

J’utilise celle à poil souple, mais je trouve le prix un peu élévé. J’a

i testé les brosses à dent Boo mais je n’ai pas trop aimé, Alex non plus. Les Pachamamai sont top, mais je regarde du côté de Lamazuna pour la prochaine fois (aucune importance que ma brosse soit desgn ou non) : une brosse à dent rechargeable, avec un manche en bio plastique (70% huile de ricin +  30% plastique), 7€30 à l’achat mais ça devient autrement plus rentable ensuite avec le pack de têtes rechargeable à 9.90€ les 3 têtes, soit 3.30€ la brosse à dent.

L’Oriculi, c’est un ingénieux instrument nettoyeur d’oreille qui vient du Japon et de Chine, où il est beaucoup utilisé. A la différence des cotons tige ultra polluants, il empêche également la formation de bouchon.

Il s’utilise une ou deux fois par semaine, afin de retirer le cérumen visible à l’entrée de l’oreille, il ne faut pas aller plus loin ! Le cérumen protège le tympan, donc conservons-le tant qu’il n’est pas inesthétique. D’accord Lucette ? Pour le reste, un morceau de tissus/serviette entourée autour du doigt et hop.

L’oriculi- Lamazuna – Prix : 4.50€ 

Pour tout vous dire, ce démêloir en bambou (un peu cassé), je ne me rappelle plus très bien où je l’ai acheté (pas bien cher). Vous en trouvez un peu partout sur l’internet entre 4 et 10€.

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

Notre utilisation au 14/01/20

Nous utilisons désormais la brosse à dent à tête interchangeable de Lamazuna.  Elles ont une têtes interchangeables et sont entièrement recyclées. Finalement les brosses à dent bambou ne nous conviennent plus pour plusieurs raisons :
Elles nous font mal aux gencives ;
Le bambou a tendance à noircir ou moisir assez rapidement avec l’humidité et le transport ;
Le bambou est à la mode, la surexploitation de cette matière également. Il existe des alternatives saine et moins violentes pour l’environnement.

Plus généralement, nous n’utilisons plus de produits en bambou : c’est fragile, et ça vient du bout du monde avec un mode d’exploitation pas vraiment éthique et durable. Nous avons toujours un démêloir en plastique dur cette fois (depuis deux ans).

Le dentifrice nous convient toujours, on l’utilise encore.

.

L’expérience de Chrys sur la cup féminine : la cup Lamazuna

avis-cup-lamazuna

Mais oui, désolé Richard, fallait bien que j’en vienne au sujet. Ne blanchit pas non ne blanchit pas, tu as toujours de beaux yeux. Mais si vraiment le sujet tu le sens pas, ce n’est pas si grave, te sens pas obligé de dérouler l’onglet plus bas, et toi Lucette, tu fais comme tu sens.

Plus sérieusement, j’utilise la cup depuis 4 mois maintenant, et il a fallut que je laisse passer 3 cycles pour sauter le pas,  alors que je l’avais déjà en ma possession. Ce n’est jamais évident de se lancer la cup dans l’inconnu voyez, et qui plus est dans un acte aussi intime. J’ai fini par oser, j’ai eu un ou deux ratés, ça arrive, je ne suis pas encore à 100% à l’aise (on va dire que je suis à 91%, ça reste pas mal du tout) mais je ne retournerais en arrière pour rien au monde.

Puis la cup, c’est l’amie de la fille qui voyage.

Attention, vous allons parler…. REGLES. (Richard j’te vois, t’as voulu tenter… t’évanouie pas va, c’est naturel tu sais tout ça).

J’ai pris la mienne chez Lamazuna, je connaissais la marque, ça me rassurait un peu. Celles-ci sont fabriquées dans le Vaucluse en France et proposées dans une pochette en coton bio. il y a deux tailles : S et M, mais d’autres marques vous proposent plus de déclinaisons de taille au besoin. J’ai pris la taille M, parce que de manière générale, j’ai des règles assez abondantes.

Les avantages de la cup :

–  Elle remplace tampons et serviettes hygiéniques pendant 12 heures, c’est hyper pratique en voyage.

–  Elle est discrète, on la sent pas une fois bien mise. Me concernant je l’oublie complétement durant la journée, c’est un putain de luxe. Je cours avec, je fais du crossfit avec, je fais de la piscine avec, ça tient impec. (L’effet ventouse est super efficace).

–  Justement si elle est mal mise, vous sentez un inconfort, c’est un excellent indicateur !

–  Elle est bien pour nous, sans matière toxique, et celle-ci est composée à 100% de silicone platine médicale, utilisée en chirurgie et homologuée pour rester 30 jours à l’intérieur du corps humain.

– Elle est efficace même en cas de règles abondante, ça ne déborde pas, et ça je tiens à le souligner. J’ai des règles TRES ABONDANTES, vraiment, mais grâce à la cup vous vous rendrez compte que vous ne perdez pas « autant de sang que ça ». La sensation semble démultipliée avec les tampons, mais ce n’est pas la réalité.

– Il suffit juste de la rincer entre deux insertions, avec de l’eau claire.

– On ne pollue plus l’environnement.

– La liberté, la liberté et la liberté.

– Le prix : 26€ (pour la Lamazuna, il en existe des moins chères) pour 10 ans. Qui dit mieux ?

 

Les inconvénients de la cup :

–  C’est une nouvelle habitude à prendre et c’est pas forcément évident. Il y a une routine à mettre en place, comme faire bouillir la cup au début et à la fin du cycle.

– Quand on souhaite changer la cup dans le milieu de la journée, il faut s’assurer qu’il y ait un lavabo à proximité des toilettes. Cela dit, comme on peut la garder 12h, je la mets le matin dans la douche et je la change en rentrant chez moi, finalement c’est pas un vrai souci. En voyage, une bouteille d’eau suffit !

–  L’insertion c’est un coup à prendre. On dit qu’il faut généralement 3/4 cycles pour s’y faire. Je ne le croyais pas trop au départ, parce que j’y arrivais tout de même, mais pour mieux le formuler, il vous faudra 3/4 cycles pour que la cup et sa routines deviennent quelque chose de naturel pour vous. L’insertion c’est pas évident au départ, plusieurs type de pliages,  ça prend du temps quand on connait pas, et il faut être à l’aise dans son corps… il vous faudra mettre les doigts dans la foufoune… (tiens Richard est revenu). Tout ça, c’est pas forcément évident pour tout le monde, ce qui est totalement compréhensible.  Les règles sont déjà une lourde contrainte pour la plupart d’entre nous, c’est pas facile de s’en rajouter d’autres au départ. Cependant, oui il faut du temps aussi pour apprendre à reconnaitre les sensations, s’y habituer. Laissez-vous le temps, ça vaut le coup, vraiment.

– Les accidents arrivent, j’en ai eu deux dans les débuts, c’est la vie. J’en ai eu aussi avec des serviettes et des tampons. Mais depuis que je suis plus à l’aise avec la gestuelle, les sensations, je n’ai plus peur que ça arrive  !

Malgré tout, je suis vraiment contente d’être sortie de ma zone de confort, et d’avoir d’adopter la cup. J’ai du tester plusieurs méthodes de pliage pour m’apercevoir qu’une me convenait particulièrement (avec les autres la cup ne se déployait pas), plusieurs positions aussi (hé oui). 4/5 cycles je pense que c’est la bonne moyenne pour commencer à être à l’aise oui. C’est long mais ça vaut le coup.

Ce qui ne m’empêche pas pour autant d’avoir des tampons bio sous le coudes pour les situations d’urgence, parce que j’ai pas signé pour la perfection, je sais pas faire.

Cup Lamazuna  – Prix : 26€30

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

Mon utilisation au 14/01/20

Chrys utilise toujours la cup, même près 14 mois en van en Amérique sud et durant les treks de plusieurs jours. La marque a changé (modèle changé pour des raisons d’hygiène) mais le mode de fonctionnement est adopté.

.

Trousse écolo du voyageur : le mot de la fin

On espère que cet article vous aura informé, ouvert la curiosité. On a essayé d’être précis, transparents, et on a surtout relaté NOTRE expérience, celle d’Alex et la mienne.

On pourrait aller plus loin et faire nos cosmétiques nous-même. Sauf qu’à l’l’heure où a été remis à jour cet article (janvier 2021) on a pas envie. Les cosmétiques « homemade » sont devenues un business qui cartonne et qui nécessite d’acheter 14 tonnes d’ingrédients. Ou des ingrédients qui viennent de l’autre bout de la planète, comme l’huile de coco.

On est adeptes des produits bruts et des associations simples. Le reste on l’achète chez ceux qui font ça bien. On préfère mettre notre énergie ailleurs que la la création de produits du quotidien. Vous avez parfaitement le droit de penser et de faire autrement, ce sont des réflexions personnelles adaptées à notre mode de vie !

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

Le zéro déchet, l’écologie du privilégié

On s’est un peu réveillés depuis l’écriture de cet article. On a pris conscience que le zéro déchet est réservé aux privilégiés, qui ont le temps et l’argent nécessaire. Parce que oui, même si votre produit est rentable à long terme, tout le monde ne peut ni investir ni faire 40 magasins pour trouver le deo solide idéal. De façon générale, ce mode de consommation concerne ceux qui produisent le plus de carbone au quotidien (nous y compris).

En conséquence, on s’est aussi relâchés du slip et de la culotte depuis cet article. Si on peut acheter et utiliser les produits solides et un peu plus sains, on le fait. Sinon on se fouette pas et on prend ce qu’il y a disposition, ou dans nos moyens, même si c’est entouré de plastique. Le zéro déchet est surtout une question de valeur, de bien-être et de porte d’entrée dans une écologique plus radicale et nécessaire. L’état de la planète ne dépend pas pas de nos actions individuelles (Les chiffres et arguments sont dans cet article sur l’écologie bien plus étayé).

Conclusion : 2 choses.
1- Faites au mieux et comme vous pouvez ;
2 – Si vous utilisez des produits écolo et que vous prenez l’avion, vous niquez royalement et en un seul vol, l’impact carbone de tous vos petits gestes du quotidien.