Les îles Lofoten en hiver, voyage dans la magie du cercle polaire arctique un mois de mars. Découvrez  notre guide complet sur la Norvège du Nord. Maintenant, prenez le temps, une place confortable, c’est un peu long : on vous emmène en immersion avec nous au cœur des îles Lofoten dans des paysages enneigés à couper le souffle. Profitez bien des instants et du spectacle !

Où sont les îles Lofoten ?

Les îles Lofoten sont un archipel appartenant à la Norvège. Elles se situent au large de Bodø, au nord du cercle polaire, entre la mer de Norvège et le Vestfjord, bras de mer poissonneux qui les sépare du continent.  Elles s’étendent  sur 200 km à partir des îles Vesterålen. Elles sont séparées du continent, au sud-est, par le Vestfjord.  Les îles principales s’étendent sur environ 150 km, l’une à la suite de l’autre. Reliées par la route, il faut parcourir 168 km pour aller de Fiskebøl au nord à Å au sud. Les îles nord au sud (et d’est en ouest) :

  • Austvågøya
  • Gimsøya
  • Vestvågøya
  • Flakstadøya
  • Moskenesøya

Les limites de l’archipel ne sont pas définies avec précision et ont varié de façon significative au cours de l’histoire. Ces îles principales sont entourées de centaines d’îles plus petites et d’îlots.  Les villes principales des Lofoten sont Leknes et Svolvær. La population de l’archipel s’établit aux alentours de 25 000 habitants, vivant principalement de la pêche et aujourd’hui du tourisme.

Quelle est la meilleure période en hiver pour venir dans les îles Lofoten ?

Tout dépend de ce que vous voulez ! Pour nous Mars était la période idéale pour venir dans les Lofoten grâce à plusieurs facteurs : la période des aurores boréales, des journées de 7h en hiver (pour bien profiter), la période peu touristique. Mais on n’en reste pas moins sûrs que les îles Lofoten doivent être un bonheur en été également.

Comment aller jusqu’aux îles Lofoten en hiver ?

Comment arriver jusqu'à Tromso ?

5h45, à l’aéroport de Toulouse, direction notre itinéraire d’hiver dans les îles Lofoten, un joli roadtrip ! Pile-poil à temps pour s’enregistrer et passer au duty free pour faire un stock de bouteilles de vin. Nos deux premiers vols se font avec la compagnie Lufthansa. Première remarque qu’on se fait : « c’est étrange de voir un avion à moitié vide ». Aussi, près la superbe offre végétarienne/vegan  à 4€ à l’aéroport de Munich, on subit un choc culturel et économique assez sévère à Oslo : des sandwichs aux œufs dégueux à 9€. Forcément, on va louper la première navette, parce que la liaison jusqu’à Tromso est ultra mal foutue : il faut ressortir de la zone de sécurité et revenir ensuite, super. Cependant, ce n’est pas si grave, on a un second vol 1h après (compagnie SAS). Dans tous les cas, nous on est prêts pour aller s’émerveiller dans les îles Loften en plein hiver !

Comment louer une voiture pour aller dans les Lofoten ?

C’est très simple promis. On arrive à l’aéroport de Tromso vers 16h45, après deux escales, juste à temps pour récupérer notre voiture : ‘Avis ferme à 17h. Un timing parfait. Le stand de location de voiture est minuscule. Le garçon qui le tient seul semble super sympa (et parle anglais comme tous les Norvégiens). Ainsi, les vérifications d’usage sont quasi inexistantes, voire même assez informelles en pratique : on note nos coordonnées, complètement ahuris, sur un bout de papier volant. Elles seront encore moindres au retour de la voiture. Sans aucune mauvaise surprise. On adore la Norvège, surtout en hiver.

De Tromso aux îles Lofoten : sur les routes enneigées

La petite voiture enfin en notre possession (une petite Yaris hybride équipée de pneus neige), Alex prend le volant, et nous quittons Tromso les yeux grands ouverts. Cet itinéraire dans les îles Lofoten… en hiver,  c’est un peu un Nouveau Monde qui s’offre à nous, on surveille le moindre détail, on ne s’émerveille de rien. Sans surprise, étant donné que nous sommes déjà en fin d’après-midi, on fatigue de plus en plus, la nuit tombe déjà et nos repères sont tous un peu faussés. Pourtant on est heureux, déjà déconnectés. Sauf que bon, quand même, 4h30 de route nous attendent. On reste motivés, nous ne voyons pas grand-chose du paysage, mais on observe minutieusement le ciel presque noir et nuageux.

Nous avons tout de même notre première aurore boréale ! Pour être tout à fait honnête avec vous, il a fallu la deviner, elle était de faible intensité, gris clair, et cachée en partie par les nuages. Mais cependant, elle est bien là, malgré le fait qu’Alex continue à nier les faits et à rêver d’aurores boréales comme sur les photos trafiquées.

Il fait un peu froid dès le premier nez dehors, bien que la notion de froid en Norvège du Nord soit très relative, les températures oscillent entre -10° et +10° l’hiver grâce à l’influence du gulf Stream. Plus vous avancez dans les terres et plus ça chute sévère.

Les îles Lofoten en hiver : la première nuit au-delà du cercle polaire

On arrive à Bogen assez tard, vers 23h. La gérante nous accueille en chaussons et en robe de chambre puis nous montre notre chambre. On paie directement parce qu’on sait qu’on ne la reverra plus jamais. En y pénétrant, il fait chaud, très chaud, et … cette vue ! OMG. On va l’admirer une partie de la fin de soirée, lumières éteintes, pour guetter les aurores boréales, et cette fois… rien-du-tout, que dalle, quenini. Nada.  Néant,  zé-ro.

Le réveil est matinal, aux environs de 6h, parce qu’on essaie de se caler par rapport au soleil. Cependant, une luminosité bleu intense irradie le ciel dès 5h du matin, et dès lors, on peut déjà percevoir la beauté des paysages des Lofoten. Ce phénomène se reproduit après le coucher du soleil à 17h. Le ciel continue ensuite d’être lumineux durant des heures, la nuit noire n’arrive que très tardivement en réalité.

Évidemment, il est trop tôt et il n’y a pas grand-chose pour déjeuner hors des heures spécifiées. Bon tant pis, on se contentera de ce qu’il reste du libre service, de la nourriture sommaire à base de croquettes Norvégiennes aux graines, de café instantané et de thé industriel. Après avoir mastiqué tout ça péniblement, aller hop on file :  un roadtrip nous attend, nous avons encore 2 bonnes heures de route pour atteindre le début des îles Lofoten. Sur la route, c’est encore et toujours de l’émerveillement, il est constant et il ne s’arrêtera jamais : la neige, les montagnes, la brume, les lacs gelés, et des surprises à chaque virage. On a du mal à se contenir, on essaie de ne pas perdre trop de temps, mais on est trop faibles : trop souvent la voiture sera garée à la volée afin qu’on puisse admirer ou photographier tout ce que la Norvège et les îles Lofoten nous offrent. Il faut dire tout de même une chose : le fait d’être seul sur les routes tout au long du voyage nous facilite grandement les choses et on peut prendre tout notre temps.

« Mais t’as vu ça ?! » « Et ce lac là-bas !  » « Et toute cette glace ! » « C’est beau ».

Ce voyage dans les îles Lofoten présage déjà des histoires magnifiques qu’on a vraiment hâte de vivre. Nous n’avons pas d’itinéraire particulier, on a décidé de faire au feeling avec le guide prêter au dernier moment par des amis. De là, on fait en fonction : de là où nous sommes, de nos envies, des découvertes hasardeuses. Au final, nous ferons des milliers de détours imprévus et on se rappellera même plus le chemin que nous avons emprunté pour y aller. Oui, ça, c’est la vie.

4×4 ou voiture normale ? Notre voiture, la Yaris hybride est légère et équipée de quatre pneus neige. Nous avons jamais eu une voiture accrochant aussi bien la neige, c’est carrément impressionnant cette tenue de route ! Si vous restez uniquement sur les routes,  le 4×4 est complétement inutile. Et ça vous fera pas mal d’économies en plus.
Itineraire dans les Iles Lofoten en hiver
Itinéraire d’hiver dans les îles Lofoten – Norvège

L’arrivée à Svolvaer – îles Lofoten

Notre passage ici ne sera que bref. La ville n’éveille aucun intérêt particulier en nous, mais néanmoins, elle contient quelque chose qui nous intéresse fort, tellement notre ventre nous tiraille jusqu’à nous réveiller de l’intérieur : des supermarchés. (Et des distributeurs de billets que nous mettrons une éternité à trouver).

Ce n’est pas ce qui manque ici, on choisira l’enseigne Kiwi au petit bonheur la chance et sans surprise c’est très cher. On n’élira pas non plus les Norvégiens rois de la gastronomie : on arrive à trouver du houmous qui ressemble plus à de la mayonnaise de pois chiche. Tout semble vraiment très assez gras, question calories pour affronter le froid, on est OP. À partir de là, on décide de faire avec ce que les étalages proposent et on prend du pain polaire, des croquettes norvégiennes, de la sauce tomate, légumes, condiments, de quoi faire des sandwichs, et on mixe avec ce qu’on a emmené dans la valise : épices, lait de soja/coco/riz/pâtes/lentilles et légumes déshydratés.

On s’arrête ensuite pour pique-niquer dans un terrain de camping qu’on trouve sur le chemin. Il fait -10°, un peu meilleur au soleil, mais on veut vraiment pique-niquer dehors (on est niais des fois). C’est ainsi que, le froid des doigts annihilé par la beauté des montagnes, nous faisons notre premier vrai repas en Norvège. C’est un peu comme les pâtes à la tomate en randonnée à la montagne, ce sont les meilleurs repas du monde.

Les supermarchés en Norvège : avec 4 fois rien, la note s’élève facilement à 40€. On est courant du coût élevé de la vie ici, mais ça fait mal au derrière quand même.  Les jours et horaires d’ouvertures sont notés en gros sur les murs extérieurs des supermarchés, impossible de les rater et en règle générale ils ferment vers 20h30/21h.  Note : le vin s’achète dans des magasins à part en Norvège et il est très cher. Alors si l’envie vous en prend, anticipez-la et faites comme nous : boutique de l’aéroport à l’aller. Ceci n’est bien entendu valable que si vous avez le lever de coude facile. On-assume.
Les îles Lofoten en hiver : itineraires et incontournables

Se balader sur la plage d’Uttakleiv des îles Lofoten

On repart sur la route, on roule, on s’attarde, on s’arrête encore. On prend ce chemin-là, qu’est ce qu’il y a au bout ? Et on y va, puis on repart, on recommence, et des fois, on avance. On aurait pu choisir de s’attarder sur sa voisine, la plage d’Unstad, celle des surfeurs, mais le hasard a voulu que ce soit sur la plage d’Uttakleiv qu’on fasse le détour. On s’y arrête de longs instants pour se dégourdir encore sous le froid qui pique un peu le bout du nez, et pour espionner le soleil en train de disparaître derrière les premières montagnes. Uttakleiv est une petite plage enclavée entre les montagnes et il existe seulement une route pour s’y rendre. L’été, elle est réputée pour être le départ de jolies balades. En hiver, elle est simplement belle, ses lumières sont magnifiques et les vagues claquent de tout leur cœur contre les rochers.

Les îles Lofoten en hiver : itineraires et incontournables

Et défaillir devant le soleil qui s’éteint à Gravdal

On continue la route jusqu’à Ballstad dans les Lofoten, où se trouve notre logement pour cette seconde nuit. On pensait faire la route d’une traite et là… la lumière du soleil qui s’étouffe peu à peu illumine le ciel de ce petit village. On s’arrête, on marche un peu et on n’arrive pas à décoller nos yeux des sommets des montagnes, le rose gagne tout l’horizon, c’est magnifique. Plus on avance dans notre roadtrip et plus notre vocabulaire devient pauvre et redondant, il s’agite autour de seulement deux mots : « beau » « magnifique ». Et même que souvent, c’est le silence qui gagne.

En Norvège du Nord, le silence est profond, intense, il domine tout, y compris le moindre mot.

Le soleil couchant sur lesiîles Lofoten en hiver :

On passe devant l’église du village, elle est splendide, colorée, atypique. On s’arrête. Bien entendu. On tourne autour, mais on n’ose pas trop rentrer. « Et si on dérangeait » ? Finalement, Chrystelle prend la décision d’y pénétrer et Alex la suit de près. La porte grince, alors on ferme les yeux même si ça ne sert à rien. On entrevoit l’intérieur. C’est joli, épuré à la scandinave, mais l’ambiance reste chaleureuse. Au fond, le prêtre donne une leçon de piano à un enfant du village. Notre présence n’a pas l’air de déranger, mais on se sent de trop dans cette scène un peu intime qu’ils ont créée à deux. On a vu ce qu’on devait voir et on ressort du lieu saint et enchanteur.

On remonte dans la voiture, et là, on n’aperçoit pas un renne ? Non ! Un élan ? Mais oui ! « Sa corne est tombée regarde… »  …  juste à côté de l’église. On ressort de la voiture. Chrys s’empare de l’appareil photo, avance doucement, sans pouvoir s’empêcher de jeter un dernier regard vers le ciel.

Il s’enfuit,  mais je l’ai dans la boite, enfin j’ai fait ce que j’ai pu

Notre première aurore boréale dans les îles Lofoten : Ballstad

La nuit commence à tomber, on arrive enfin devant les Rorbuer, ces fameuses charmantes cabanes rouges. Après s’être trompés bien entendu, puis s’être perdus aussi, au grand damn de la personne qui nous attend, un peu frigorifiée maintenant. Nous bouclons les dernières formalités quand une aurore boréale apparait par la fenêtre, c’est une vraie de vraie ! Et ce n’est que le début… !

Pourquoi ne fait-il jamais nuit dans les Lofoten ?

Si on doutait encore de la bienveillance des Norvégiens, voilà qui permettrait de mettre un point final aux doutes : ce soir, notre hôte se propose de nous accompagner pour nous montrer les meilleurs coins où observer les aurores boréales. On souhaite trouver un lieu bien sombre et on en profitera pour ensuite la déposer chez elle.

Pendant que nous cherchons désespérément un spot sombre (lol), on observe l’obscurité depuis l’intérieur de la voiture, impatients et en même temps frustrés : une immense aurore boréale explose et tourbillonne dans le ciel… ! Quelle intensité ! Vite vite vite ! Qu’on puisse s’arrêter ! On dépose notre hôte et on finit par trouver un coin parfait à la plage de Unstad, mais trop de temps après hélas ! Il fait enfin nuit noire, et mis à part les phares qui nous éclairent sporadiquement, dû à quelques allées et venues de voitures, on est enfin tranquille. Hélas, bis, l’aurore boréale est sur sa fin, elle ne reviendra quasiment plus. On capte la majorité de sa luminosité grâce au capteur de l’appareil photo, elle est difficile à apprécier à l’œil nu. À ce moment-là, on atteint un degré de frustration phénoménal. Au moins aussi gros que le derrière d’un éléphant.

Un retour et des pâtes à la tomate plus tard, au lit.

C’est ce soir là qui va mettre en évidence un souci embêtant en Norvège quand on cherche la nuit noire : il y a des lumières PARTOUT, à forte intensité, 24h/24h ou presque. Trouver un coin non éclairé relève du parcours du combattant dans les iles Lofoten. Même dans les coins les plus reculés, où vous pensez qu’il est impossible de trouver un lampadaire, vous vous fourrez le doigt dans l’oeil. C’est éclairé partout qu’on vous dit. Allez vous-en LOIN.

Le matin des yeux qui collent. Il est difficile ce matin, bien plus que celui d’hier. On s’est couchés très tard, et là, il est difficile de synchroniser avec soleil et chasse l’aurore boréale ! Cependant, d’un commun accord avec nous-mêmes, on a décidé de sacrifier quelques heures de sommeil au profil de longues heures de rêve (ou de frustration). C’est le jeu Lucette.

Après le petit déjeuner, on visite rapidement le village de Ballstad, il est petit certes, mais très mignon. Il est entouré de montagnes et d’eau, comme tous les autres. Et il expose ses morues en train de sécher. Convictions ou non,  les îles Lofoten c’est aussi la morue qui sèche, et vous en verrez aussi lorsque vous viendrez. Une chose : la morue, ça pue bien sévère, même dans le froid.

On reprend la route.

Que voir à Ballstad ile lofoten ?

La jolie découverte des îles Lofoten : le village de Nusfjord

La route est tellement belle. Elle fait partie intégrante de ce voyage de dingue.

Les îles Lofoten en hiver : itineraires et incontournables
Découvrir le vllage de Nusfjord dans les îles Lofoten

Nusfjord, un village peu touristique en vivre

9h- Nusfjord est, un tout petit village de pêcheur, croquignolet. Il est enclavé entre les montagnes et les hautes falaises. Ici les mouettes sont reines et elles animent chacune de vos respirations. Elles mangent le silence et se marient à merveille avec le jaune vif des entrepôts de pêcheurs. Le village s’organise tout autour d’un quai en bois où sont aussi disposés de jolis rorbus rouges, ces charmantes cabanes de pêcheur. C’est sans surprise qu’on apprend que Nusfjord est inscrit sur la liste des « sites à conserver » par l’UNESCO.

Il est tôt, et ce village réputé très touristique, blindé de monde en été, est complètement désert en cette période. Nous profitons ce cette liberté et on marche doucement. Puis on revient chercher les crampons dans la voiture, parce que ça glisse beaucoup.  C’est vraiment minuscule, alors pour nous occuper Alex tente de nous faire escalader les rochers et les bébés montagnes pour qu’on profite des points de vue. Chrys hésite, tiraillée entre une belle entorse pas tout à fait guérie et la frustration, encore. Cette fois-ci, c’est la frustration qui se frustre, et on escalade prudemment le petit dénivelé. On admire, on respire, on arrête un peu le temps. On zigzague, on s’anime, on sourit, et on reprend la route.

 Nusfjord hiver - îles Lofoten

La plage de Flakstad dans les Lofoten

10h30- La plage de Flakstad est superbe. Plage de sable blanc l’été, elle garde un caractère unique en hiver avec la neige, les rochers et ses eaux aux couleurs bronze. Une autre dimension à découvrir absolument. La plage est entourée de montagnes acérées, et possède une église rouge mignonnette comme tout (construite en 1780 avec du bois russe échangé contre… de la morue !). Au détour du chemin qui vous mènera à la place, faites un coucou aux vaches Highland ! A priori elles ne sont pas réservées qu’à l’Écosse ! 

Les îles Lofoten en Hiver - Norvége du nord

.

Le bleus intenses de la plage de Ramberg des Lofoten

12h – La ville de Ramberg dans les Lofoten n’a pas grand intérêt pour nous, mais sa plage est splendide. C’est aussi une plage de sable blanc en été, mais ce sont ses eaux au bleu intense qui nous ont incités à aller la voir de plus près, alors que nous étions sur le chemin du village de Reine, tout au bout des Lofoten.

Les îles les Lofoten en Hiver - Norvége du nord

Les allers et retours sur les ponts de Fredvang

Situés juste après Ramberg, sur la route de Reine, on rencontre les ponts de Fredvang, ils sont splendides et on ne résiste pas à les emprunter pour aller voir ce qui se passe de l’autre côté (ils mènent simplement à la ville de Fredvang, voilà). Le panorama à partir des ponts est sublime, seulement, c’est très étroit et cela va être compliqué de vous y arrêter.

D’ailleurs, il y a quelques renfoncements sur la route afin que les voitures se laissent passer entre-elles. Sachez que comme les Norvégiens sont les personnes les plus gentilles et les plus avenantes du monde, ils vont vous voir de loin, s’arrêter 500 m avant, et attendre patiemment pour vous laisser passer. Si jamais vous roulez lentement, pour prendre des photos par exemple, et que vous ralentissez des tas de voitures, ils ne diront rien. Ils attendront sagement derrière vous. Et si vous leur dites de passer, ils ralentissent pour vous dire merci. C’est incroyable. On devrait y envoyer les Italiens en stage.

Itinéraire d'hiver dans les îles lofoten - Norvège

Reine, la star des Lofoten en Hiver, enfin !

Il est déjà quasiment 13h et Reine, enfin, nous voilà ! Le petit village de Reine, petit port de pêche du sud-ouest de la localité de Moskenes, est désigné comme le joyau des îles Lofoten de par ses montagnes aux dents pointues tout autour qui contrastent merveilleusement bien avec le bleu glacial de l’eau. Les rorbus tout mignons le long de la « baie » de Reine sont la cerise sur le gâteau ;) . La ville est idéale pour une pause hivernale dans les îles Lofoten, il y a des départs de randonnée pour l’été bien sûr, mais également des points de vue, des aires de repos avec des panoramas splendides, une station essence, des supermarchés, des cafés, des restaurants, de tout ! Sauf des w.c. visiblement si on en croit à la galère que Chrys en train de vivre.

Impossible de trouver des w.c. et les seuls qu’on nous indique sont fermés à clef. C’est une catastrophe. Alex la pousse, et elle finit par succomber et expérimenter une nouvelle fois la gentillesse légendaire des Norvégiens. Chrys demande à une jeune fille si elle peut aller faire pipi dans son restaurant. Naturellement elle me répond « oui » et avec un grand sourire. Finalement, il se trouve qu’on a faim, qu’on est un peu fatigués et qu’on en a ras le bol des pique-niques dehors/voiture : on se fait notre tout premier « restaurant ». L’expérience est fabuleuse : il fait chaud, on mange chaud et les gens sont gentils. Pour vous dire la réalité, les plats ne sont vraiment pas extraordinaires :  une pizza végétarienne pour moi,  un fish and chips pour Alex et deux bières. Cependant, on apprécie à fond ! La note : 55 €, BIM.

Au vu du temps, de la neige et la cheville fragile de Chrys, il n’est pas prévu d’aller escalader les montagnes. On décide plutôt d’aller explorer le petit village de Å (se prononce « Ô ») à la pointe des Lofoten et encore baigné par le soleil !

Reine - îles les Lofoten en Hiver - Norvége du nord
Reine - îles les Lofoten en Hiver - Norvége du nord

Sur la route d’hiver : le village de Moskenes

Le village de Å, terre de pêcheurs au bout du monde, ou presque !

Le village de Å (« Ô ») est mignon, mais un peu moins joli par rapport à tout ce que nous avons vu jusqu’à présent. Les îles Lofoten peuvent très vite vous faire ressentir ce sentiment étrange et frustrant de « déjà vu mieux », tellement ces îles sont fantastiques ! Oui, le village de Å est beau, c’est incontestable pourtant ! C’est aussi pour cette raison, qu’on décide de prendre le temps d’admirer chaque recoin de ce minuscule village, surplombé par d’immenses montagnes. Le soleil s’efface peu à peu pour le laisser entre une alternance de pans de lumière froide et de lumière chaude. Le contraste est étonnant, difficilement photogénique, mais il se savoure.

Nous avons repéré un joli lac gelé à Sørvågen, dont les contours et les montagnes autour sont vraiment jolis. On a emmené notre matériel : raquettes et bâtons, dans nos valises (un peu cher à louer sur place) et on décide de se caler une randonnée le lendemain matin. Même avec cette histoire de cheville, Chrys veut la tenter, tranquillement. Et elle se prendra une chute sur les fesses mémorable, qu’on appela « le jour où on a vu les pieds de Chrys arriver au niveau de son nez ».

Randonnée raquettes dans les îles Lofoten en image

Le village Hamnoy, la perle des Lofoten

Et finir par s’émerveiller sur la beauté froide

Il est pas loin de 16h30, cette journée doit vous paraître éternelle à vous qui nous lisez maintenant, mais on vous assure qu’une fois qu’on y est, ça passe vite ici. On est un peu crevés et on se dit qu’on irait bien se caler au chaud quelque part avec un bon chocolat fumant entre les mains. Et là, l’étincelle. On se rappelle.

À chaque roadtrip, si on le peut on s’accorde une parenthèse enchantée pour récupérer un peu du voyage. Un logement hors du temps où on s’autorise à dépasser largement le budget journalier. Autant vous dire qu’ici, entre la route, le froid, la cheville de Chrys, les restrictions et les pique-niques polaires, c’est largement mérité.

Vous voyez les maisons sur la photo juste en dessous ? C’est Hamnoy, lieu emblématique des îles Lofoten et ses Eliassen Rorbuer. Un des plus jolis emplacements pour dormir sur les îles Lofoten (l’hiver bien entendu). Le chalet est indécent de confort : sol chauffant, tout est très chauffé (comme partout cela dit), confortable, grand canapé d’angle, cuisine aménagée, immense douche, une véritable petite maison cosy, parfumée et avec des chocolats sur l’oreiller. Nous n’en attendions pas tant étant donné qu’on passe la plupart de nos vacances à dormir dans le 4×4. Mais le mieux, c’est la vue : mais quelle vue ! On décide donc d’aller directement au chalet et nous n’en bougerons plus jusqu’au lendemain matin. Mais finalement le plus fabuleux reste à venir.

Petite note : si vous dormez en Norvège, vous remarquerez très rapidement que les lits doubles n’existent pas là bas, ou que ça reste une denrée très rare. Vous aurez soit des lits séparés, soit deux lits simples collés l’un à l’autre. Bonus : chacun posséde sa couette individuelle, et ça c’est un concept génial, personne ne pouvant accuser l’autre de lui piquer son bout de tissu sacré. Deux sushis et chacun pour soi !
Hamnoy, beauté des îles Lofoten en Hiver

Ces îles Lofoten sont un véritable bonheur. En hiver, la nature vous offre les lumières que jamais vous ne retrouverez en été.

Il est 23h et il fait enfin nuit noire. Presque, puisqu’il y a toujours quelques lampadaires qui traînent. Les fenêtres offrent une vue plongeante sur le petit fjord et les montagnes juste en face. On observe patiemment, on espère, on s’impatiente comme des enfants,  et soudainement… on aperçoit une lueur verte au-delà des carreaux.

Ce ne serait-il pas une aurore boréale en train d’apparaitre ? SI ! L’aurore bouge et s’intensifie, elle danse, un merveilleux balai éphémère, puis elle disparaît, pour réapparaitre derrière un autre bout de montagne. C’est magnifique, plus on en voit, plus on devient accro vous savez, et elles sont toujours un peu plus magiques.

Et la magie se mit à danser.


Les îles Lofoten en Hiver : informations pratiques

Où dormir dans les îles Lofoten ?

Le prix des logements aux îles Lofoten : ils sont réputés très chers, mais sincèrement Mars est une période creuse pour le tourisme en Norvège (tant mieux pour nous) et on peut trouver des prix tout à fait abordables ! Nous avons dépassé notre budget fixé pour deux logements durant le séjour en Norvège : deux aux îles Lofoten (CF plus bas). Mais l’emplacement est parfait et ce sont des logements entiers équipés. Le prix du reste des logements durant ce roadtrip se situait entre 60€ et 90€ (pour des logements entiers également).

À la base nous voulions louer un camping-car pour être autonomes et faire des économies. Curieusement, l’offre est très réduite en Norvège du Nord et il se trouve qu’au final, ça revenait bien plus cher que de louer une voiture ET dormir au chaud tranquillement chaque soir au bord d’un fjord. On a donc changé nos plans ;)

Voici les logements dans lesquels nous avons séjourné et quelques photos (prise par nous-mêmes !)

Où dormir à ? îles Lofoten

Bogen Hostel
Lenvik 143, 8533 Bogen, Norvège
Très belle vue sur fjord
90€ avec petit déjeuner –  mars 2017

⇒ Lien du Bogen Hostel

Les meilleurs hotels où dormir en Norvège du Nord l'hiver Hotel iles Loften hiver Hotel Bogen Lofoten Hiver
Où dormir à Ballstad ? îles Lofoten

Hemmingodden Lofoten Fishing Lodge

Oppsaattveien 10-12, 8373 Ballstad, Norvège
Rorbu entier et aménagé, vue sur le port
110€ – Mars 2017

⇒ Lien du Hemmingodden Lofoten Fishing Lodge

Que voir à Ballstad ile lofoten ? Que voir à Ballstad ile lofoten ? Que voir à Ballstad ile lofoten ?

Où dormir à Hamnoy ? îles Lofoten

Eliassen Rorbuer
Hamnøy, 8390 Reine, Norvège 

Rorbu entier, aménagé, luxe, magnifique vue sur fjord et montagne, les aurores boréales en bonus.
La petite folie de notre périple qu’on ne regrette absolument pas.

128€ – mars 2017

⇒ Lien du Eliassen Rorbuer

Itinéraire et guide pratique d'un roadtrip dans les ïles Lofoten Itinéraire et guide pratique d'un roadtrip dans les ïles Lofoten
Notre article vous a aidé ? En effectuant vos réservations depuis nos liens, vous nous permettez de toucher une petite commission sans en changer le prix pour vous. N’oubliez pas que chez waitandsea tout est gratuit et vous ne verrez jamais ni publicité, ni liens à la demande des marques. Nous ne vous proposons que des prestations que nous avons sélectionné avec minutie ou que nous avons testées et approuvées.