Randonnée et bivouac à Gavarnie – Pyrénées

Bivouac et randonnée à gavarnie

 

Le week end dernier nous sommes partis faire unn randonnée et un Bivouac à Garvarnie,  dans les Pyrénnées et c’était bien. Entre pics ascérés, vues splendides, dénivelés qui nous achévent les jambes, un spot de bivouac superbe en plein milieu du cirque et de superbes vallées, ce trek sur deux jours à Gavarnie est vraiment à découvrir !

.

Randonnée et bivouac à  Gavarnie : un trek prometteur

On est partis le vendredi soir, pour faire une nuit étape à Saint Lary, histoire de se rapprocher un peu plus des Pyrénées. Chrys traîne ses courbatures du Crossfit et Alex, a une grosse fatgue. Avec le recul, on pense que c’était pas l’idée du siécle d’y aller en état. C’est notre premier bivouac. On arrive sur les lieux vers 11h30 du matin. Nous avons deux heures de route et nous passons par les cols bien connus des Pyrénées comme les cols de la Mongie et du Tourmalet. Nous croisons énormément de cyclistes mais surtout, des vaches et des moutons qui se sentent comme chez eux en plein milieu de la chaussée (là où y’a de la gêne il n’y a pas de plaisir).

Pyrennees-bivouac-avis

Bien se préparer pour un bivouac dans le cirque de Gavarnie

On a pas mal médité sur le comment on allait faire, quel parcours ? Ni trop court pour nous permettre de partager l’itinéraire en deux en passant la nuit sous la tente, ni trop long parce que bon, on est pas surhumains hein, mais pas trop facile non plus, sinon on aurait fait des crêpes à la place. On souhaitait aussi dormir pas trop loin d’un refuge, et d’une rivière (l’eau) histoire de pouvoir sécuriser notre première fois. Au final on s’est retrouvés à dormir en plein milieu du Cirque de Gavarnie ! C’était génial ! Il faut tout de même retenir c’est une zone naturelle protégée et il y a des régles légales concernant le bivouac. Cela demande également de ne pas être un imbécile et de respecter l’environnement (et c’est pas le cas de tout le monde si on se fîe à tous les trucs dégueulasses ce qu’on a pu ramasser dans le coin). Les gens sont des porcs, et sincérement, on ne vois pas comment pouvoir le dire autrement. Ça nous met en colère.

 

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

 

Nous avions des sacs assez lourds car partir 2 jours c’est assez traitre, vous vous retrouvez avec un sac aussi chargé que celui que vous auriez pris pour 3 ou 4 jours. Mais aussi parce qu’on est des bleus et qu’on a fait une belle erreur, on a pris beaucoup trop d’eau ! (et du jus d’orange…) 4 litres chacun alors que … on avait emporté des pastilles micropur pour assainir l’eau. Du coup, on s’est retrouvé avec des sacs qui pesaient pas loin de 10/15 kilos chacun (boulets). Le poids du matériel emporté aurait pu également être optimisé : par exemple, la tente pesait encore 3.5 kg, mais on en prend note pour la prochaine fois.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
.
.
.
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

La randonnée vers le Glacier du Taillon et le col des Sarradets

La randonnée jusqu’au glacier du Taillon est assez facile. Depuis le parking du col des Tentes, il suffit de prendre la route goudronnée qui mène rapidement au col du Boucharo (Chrys a reussi à s’arracher la peau derrière le pied en à peu près 5 min 20, véridique), puis de marcher marcher, monter, monter, monter, atteindre le glacier du Taillon (largement fondu à la fin de l’été),  puis de marcher et monter encore un peu jusqu’au refuge du Sarradet (ou refuge de la bréche). On veut atteindre ce col pour ensuite monter jusqu’à la bréche de Roland. C’est une ouverture naturelle d’à peu près 40m de largeur tout en haut du Cirque de Gavarnie, 2807 m quand même, et derrière, c’est l’Espagne ! Sauf qu’il est déjà tard, qu’avec nos gros sacs il faut compter au moins 2h AR et on a encore pas mal de chemin à faire.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

 

On a décide de s’arrêter, de contempler ces roches tellement immenses, et de faire une pause repas, parce qu’il était presque 15h tout de même. On descend sur le plateau des Sarradets et on ressent un immense soulagement en retirant nos chaussures (le même que lorsque qu’on a très très très envie de faire pipi voyez ?). Du plateau, on peut observer le haut de la grande cascade de Gavarnie, elle est magnifique, vraiment impressionnante. On se retrouve face aux montages, elles sont belles, et on se sent tellement petits face à cette nature grandiose. Comme une fourmi.

Une fois la pause terminée, on est parti direction l’échelle des Sarradets pour une descente directe dans le Cirque de Gavarnie, sans savoir ce qui nous attendait (on a croisé personne, on aurait du se méfier…).

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

 

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

.

De l’échelle des Sarradets, aka Micheline, au cirque de Gavarnie

Parlons-en de l’Echelle des Sarradets. Je vous présente Micheline, oui appelons-là Micheline finalement cette échelle, ça la rend plus humaine. Micheline est beaucoup plus accessible à la montée (sans commentaire), mais à la descente, c’est un peu l’horreur. Surtout avec des sacs énormes. Micheline fait 1000m de dénivelé sur assez peu de distance. Et Chrystelle a peur du vide. On a tout de même regardé en bas avec Alex, et on s’est dit “oh, en 45 min c’est plié ça…”. Tu parles, c’est sans compter que dans cette immensité, les distances sont complétement tronquées, ce qui paraît juste à côté se trouve à plusieurs dizaines de kilométres. On finit la descente 2h30 plus tard, complétement éreintés, complétement éteints. Chaque fois qu’on pense qu’on arrive, on arrive pas. Super sympa la Micheline.

.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

.

Dormir dans le Cirque de Gavarnie

Bivouac Cirque de Gavarnie

.

“Micheline nous a tuer”. Mais on est quand même vachement contents d’être arrivés. Le Cirque de Gavarnie est magnifique, si vous avez l’occasion d’y aller il ne faut pas hésiter. En même temps si il est classé au patrimoine mondial de l’Unesco ce n’est pas pour rien. Il existe des randonnées beaucoup plus faciles pour l’atteindre, il suffit de se garer au village de Gavarnie et vous avez un chemin de randonnée très simple, qui vous emméne jusqu’au Cirque. C’est l’histoire de 2h aller et 2h retour.

On reussi à trouver un terrain plat, il y la rivière qui passe juste derrière, l’eau est transparente, bingo. On va s’en servir pour les pâtes/thé/café, en la faisant bouillir. On a de la compagnie, plein de moutons au loin, dont les cloches s’arrêtent de résonner en au fur et a mesure que le soleil se couche. Bientôt, les derniers randonneurs s’en vont et on se retrouve seuls au monde, de nouveau face à l’immensité. C’est calme, c’est toujours aussi beau, et ça rend heureux. Et vous savez quoi ? Ça vaut bien une descente de la Micheline.

.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

 

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

Le pied de Chrys, premier handicapé au bataillon. Ses chaussettes étaient trop grandes et sa peau un peu hyper réactive. Il a fallut mettre en place une technique de défense de son pied afin de pouvoir continuer l’aventure.

Puis se réveiller le matin, sans avoir besoin de prononcer le moindre mot. Le silence est là, le silence est d’or, et l’immensité domine. C’est majestueux, c’est doux, c’est un luxe de pouvoir ouvrir les yeux ici.  On a pu observer les Isards qui galopaient au loin dans le plus grand des calmes.

.

Bois du Bourlic et le plateau de Bellevue

A 8h30, après avoir déjeuné, on commence à tout plier, et à réfléchir à l’itinéraire qu’on va emprunter aujourd’hui. On fini par décoller à 10h en décidant de rejoindre Port Boucharo (qui nous ménera ensuite au parking) en passant par la fôret de Bourlic, le plateau de Bellevue, et la vallée de Pouey Aspé, afin de rejoindre le parking du col des tentes.

C’était un itinéraire absolument dépaysant. C’est dingue de pouvoir passer par la Plaine, les montagnes, puis par une forêt, un plateau avec une vue de dingue sur le Cirque, puis par des Corniches pour finir dans une superbe vallée ! Le dénivelé par la forêt est beaucoup plus doux et étalé sur bien plus de distance que Micheline. On croise un peu plus de gens d’ailleurs (bon, 5 personnes). C’est hyper plaisant de traverser ce bois sauvage et ombragé.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
.
.
.
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouav garvarnie

.

Quant au Plateau de Bellevue, il vous offre la plus belle vue (Bellevue… Belle vue ? Vous avez capté ? hahaha)…  sur le Cirque de Gavarnie et vous pouvez enfin avoir une idée de sa splendeur et de son immensité.

.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

.

La Planette de Gavarnie

Elle se trouve entre la sortie du bois de Bourlic et le plateau de Bellevue. On adore son nom ! Comme un autre monde, ce qui parait être un peu le cas. Le lieu est vraiment très joli, il est agréementé de pins, d’une rivière, de chutes d’eau et d’un petit pont en bois très mignon. La Planette de Gavarnie est baignée d’une délicate lumière qu’on penserait savament dosée pour qu’elle puisse donner exactement cette ambiance là. Une fois le pont traversé, la vue en devient presque onirique tellement la lumière du matin et le contre jour grandissant se lissent parfaitement avec le paysage.

 

 

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

.

Une fois arrivés un peu plus haut, on aperçoit enfin la Planette dans toute sa splendeur, ce petit plateau (petit plateau … planette… haaaaaa) bordé par les pins. Il a de fortes chances qu’on pose le bivouac dans ce petit lieu hors du temps une prochaine fois.

.

La Vallée des Pouey Aspé

Nous quittons la plateau de Bellevue pour arriver sur une corniche haut perchée qui longe une plaine verdoyante. Il fait très chaud, il y a beaucoup de vent, et on commence un peu à fatiguer. Faut dire qu’on a plus de jambes suite à la descente de Micheline la veille. La corniche prend de plus en plus d’altitude, elle est étroite mais on finit par trouver un petit enfoncement suffisant pour se poser et manger un peu. On retire encore une fois mes chaussures, on a adoré retirer nos chaussures durant ses deux jours. C’est formidable comme activité.

Une fois repus, on reprend le chemin, nous avons encore au moins 2h de route, et il est presque 14h. A fur et à mesure de l’enchaînement de nos pas, la corniche perd de la hauteur pour finir par fusionner avec la vallée. C’est magnifique. C’est vert, la lumière est juste fantastique, et même si on encore mal aux jambes de la veille, on est vraiment heureux d’être ici. On croise des vaches, plein de troupeaux de vaches, dont certaines marchent en file indienne tellement l’autodiscipline est de mise. On entend les cloches des moutons, mais on ne les voit pas. Mais où sont les moutons ? Il faut vraiment avoir de la chance pour les apercevoir, haut perchés sur l’autre paroie de la vallée sous un relief de roche. Comment font-ils pour monter jusque là et rester en file indienne ? Ils sont plus doués que nous.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

.

Ici encore les distances sont immenses et trompeuses. On met plus de deux bonnes heures pour traverser la vallée et j’ai les jambes en coton. Tout est tellement sans mesure que tout paraît minuscule. On fait un arrêt à la cabane des soldats. C’est un refuge en plein milieu de vallée, accessible à tout le monde. Il existe pour les randonneurs en détresse et l’intérieur vous y trouverez cheminée, couverture de survie et deux “chambres” supplémentaires. C’est très spartiate, mais utile.

.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

 

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

.

La fin de cette randonnée a été très très difficile,

Nous suivons un sentier dans la vallée, celui dont le dénivelé semble le moins difficile grâce à ses nombreuses épingles. Le souci, c’est que plus vous montez, plus le sentier devient étroit et le vide agressif et sans préavis, c’est brute et ça ne pardonne pas. On vous assure. Chrys pleure deux fois tellement les angoisses la rongent (phobique du vide). Arrive le  moment où le sentier devient une corniche très très étroite (inexistante ?) et très haut perchée, avec un “passage” ressemblant à un vague relief de gravillons en pente, entre 10 et 15 cm de large. Nos sacs semblent de plus en plus lourds et même Alex n’est pas vraiment pas rassuré. Et il est encore moins rassuré par l’idée que Chrys se refuse à avancer. Je (Chrys) pleure,  et je ne sais pas quelle notion de dépassement, je reussi à franchir ce bout de chemin menaçant. Vraiment, le vide m’angoisse, mais là,  c’était bien flippant. Je tremble. Mais j’ai reussi. J’ai REUSSI BORDEL. Voilà. on a aucune photo vous vous doutez, mais on reste étonnés que ce chemin soit encore défini comme “praticable”.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

.

Et quand la Brume envahit la vallée de Gavarnie

Enfin arrivés à la voiture. On quitte les chaussures une bonne fois pour toutes, on pose les sacs et on est prêts à s’envoler. En vrai, Chrys a tellement mal aux cuisses qu’elle ne peut plus les plier, tellement contractées avec la peur, qu’elles sont complétement tétanisées. Le mal perdurera des jours et des jours.

On mange les petits gâteaux de réconforts retrouvés dans la voiture et on file direction le village de Gavarnie pour boire une bière bien méritée. On aperçoit la brume au loin, qui prend rapidement de l’altitude pour finir envahir toute la vallée quelques instants plus tard. On roule dans la brume. A cet instant tout devient plus triste. Il fera gris jusqu’à l’approche de Toulouse.

.

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

 

trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées
trek et bivouac à Garvarnie Pyrénées

 

Conseils pratique et astuces pour ceux qui veulent randonner et bivouaquer au cirque de Garvarnie

 

Respectez les régles du bivouac dans la zone naturelle protégée des Pyrenées
On s’est renseigné à l’office du tourisme tout de même, et vous pouvez bivouaquer dans ce parc naturel protégé (et même en plein milieu du Cirque) mais à certaines conditions : il faut que vous soyez à plus de deux heures de marche de la première route, et que vous établissez votre bivouac à partir de 19h minimum jusqu’au 9h du matin maximum. Et l’évidence même, respectez le lieu qui vous accueille, ne le salissez pas, ne le détruisez pas et gardez le aussi propre qu’à votre arrivée bon sang !
Prenez une carte IGN
 Indispensable pour n’importe quelle randonnée, elles sont hyper détaillées sur les itinéraires rando. Généralement elles coûtent autour de 9€. Cette fois ci, nous sommes allés sur le site GEOportail (site officiel IGN) où vous avez accés à tous les plans détaillés IGN (et zoomez bien comme il faut, les détails en rando c’est la vie) et disponibles à l’impression.
Liste des affaires (de base + nourriture) qu'on a pris pour deux jours pour deux personnes

 Decathlon impec pour le matos 😉 Deux sacs de randonnées de 70l (un conseil, ne lésinez pas sur la qualité. Oui c’est plus cher certes mais vous avez toutes sortes de réglages qui vont vous apporter un confort qui va vous changer la vie, surtout quand la randonnée est longue et éprouvante > testé et approuvé !), des chaussures adaptées à la randonnée, des bâtons de randonnée, deux duvets compacts si possible, deux matelas auto-gonflants (testé et approuvé), deux oreillers gonflants, (testé approuvé)  tente de randonnée compacte,  lampe frontale (testé et approuvé), mini réchaud (testé et approuvé), gamelles, trousse à pharmacie ET pansement pour les ampoules, des amandes, fruits secs pour l’énergie, des pastilles Micropur,  chapeau, lunette de soleil, créme solaire, dolipranes, sac poubelle, Kleenex,  lingettes lavantes, et les choses qui vous paraissent importantes.

Je vous invite à lire cet article instructif sur la pollution du randonneur et la question des toilettes 😉

Vêtements : short + t-shirt qui gère bien l’humidité, chaussettes adaptées à la randonnée, et une veste et un bas plus chaud pour le soir. La technique de l’oignon reste encore la plus pratique pour se protéger du froid.

Nourriture : à vous de voir, nous on a prevu pile poil, entre pâtes, sauce préparée à l’avance, fruits secs, barres de céréales, et nécessaire pour faire des sandwichs. Pour l’eau, prévoyez simplement 2,5l par personne pour 4/5h de marche et pour le reste, servez-vous dans les cours d’eau à l’aide du de pastillles assainissantes (calculez bien, les pastilles mettent 3h pour agir en général).

Alternative hébergement pour une randonnée sur deux jours
Sachez que vous pouvez également dormir au refuge de la brêche de Roland, ce qui va alléger considérablement votre sac à dos et vous permettre d’avoir une hygiéne de base 😉 En général, il est conseillé de réserver à l’avance (les places sont chères). Les prix sont aléatoires et peuvent aller de 20 à 50€ la nuit en moyenne. Vous pouvez y prendre vos repas ou la demi-pension. 
Notre parcours randonnée sur deux jours Niveau de la randonnée et alternative
Niveau expert, pas loin de 1700 m de denivelé (on a pas calculé exactement). Prevoyez une bonne condition physique et de savoir lire une carte IGN.

 

Gardez cet article sous coude dans Pinterest  
.
.
.
.
Les plus belles randonnées des Pyrénées : Trek et bivouac Cirque Gavarnie,
Les plus belles randonnées des Pyrénées : Trek et bivouac Cirque Gavarnie,
Les plus belles randonnées des Pyrénées : Trek et bivouac Cirque Gavarnie

.

31 Commentaires

    • Merci ! Tu peux pour le Bivouac, on y pense jamais et au final, c’est tellement bien ! Même Août c’est pas la saison pour chez toi ?

  • Waouh j’ai adoré ton récit! Il m’a fait penser à ma toute première rando dans les Pyrénées l’année dernière, sauf qu’on avait pris un refuge pour la nuit mais on devait être au moins aussi chargés que vous! Erreur de débutants! Et puis mes pieds… Dans le même état que les tiens! Alors moi aussi j’ai pleuré à la fin, mais de douleur! Mais qu’est ce que c’était bien.
    Pour notre 2ème tentative cet été, tout c’est beaucoup mieux passé, j’ai hâte de raconter tout ça sur le blog moi aussi 😉
    En tous cas merci pour ce partage et tes sublimes photos!

    PS: J’ai hâte de t’entendre parler Crossfit, je m’y suis mise l’année dernière, et j’adore ça!

    • Merci ! Oui c’est magique la montagne et je crois ça nous donne un petit côté maso lors de ces randonnées 😉 Oh, va pas falloir que je loupe ton retour donc ! merci à toi pour ton gentil commentaire.

      Pour le crossfit, j’attendais d’amorcer tout doucement le sujet du sport sur le blog, puis osef en fait, ça arrive bientôt 🙂

  • Canon ! Les photos sont sublimes et je me suis laissée porter par tes mots pour être un peu avec vous (et faire des parallèles avec nos 2 jours de rando en Auvergne qui se ressemble un peu, mais ça c’est peu être parce que je suis en train de trier mes photos pour l’article justement ^^).
    Je ne sais pas mais, moi aussi, un jour, je viendrais planter ma tente dans les Pyrénées encore inconnues pour moi !

    • Merci Julie. Hâte de voir ça, l’Auvergne est si jolie ! Et c’est moi qui viendrai y planter la tente 😉 (mais je suis déjà allée au puit de Sancy, mais c’est pas pareil je crois).

  • Oh Gavarnie ! Ma première randonnée à dos d’âne 🙂
    (je ne m’en souviens pas, j’avais 2 ans, mais je semblais heureuse sur mon âne qui ne voulait pas avancer^^)

    En tout cas, tes photos me rappellent à quel point cet endroit est vraiment très beau (j’y suis retournée depuis mes 2 ans, cette fois-ci avec des chaussures de randonnée).

    PS : Géoportail, c’est la vie (c’est ma bible de travail). Dans la nouvelle version, il y a directement la carte à la bonne échelle ! (IGN SCAN25 / Carte topographique )

    • A dos d’Ane, ça devait être rigolo en tout cas, j’y y croisé pas mal de chevaux (dans la vallée). Tu travailles sur les cartes Geoportail ? Ferais-tu un métier de rêve ?? 🙂 Merci pour l’astuce Julie ! 🙂

    • Merci Julien ! Et encore, j’ai pas tout fait dans les pyrennées, j’ai quelques randos de programmées dans les prochains mois, je suis certaine que tu pourras aggrandir ta liste 😉

  • Bel article *clapclap* et drôle ^^ Tes photos donnent super envie ! Je pense souvent à faire ce genre de randonnée mais j’avoue que l’idée de porter non stop 10 à 15kg sur mon dos me met un stop direct ! J’ai fait du vélo-tente mais ça ne permet pas de voir de tels paysages alors je me disais que je pourrais prendre un petit âne avec moi ! Je rigolais presque mais en fait je vois dans les commentaires que c’est possible…

    • Lauriane, il y a aussi l’option refuge qui permet d’alléger considérablement le sac 🙂 Oui exactement c’est possible l’âne pour gavarnie ! 😀

      Ha la tente vélo, on prévoit ça pour cet été ! Tu as été où toi ? 🙂

      • Oui c’est sûr, juste pas le même budget ni le charme de la tente en pleine nature (je sais je suis exigeante ^^).
        Concernant le vélo-tente c’était en septembre au Danemark ! Il fallait dormir tout habillé parceque nos sac de couchages n’étais pas adaptés aux températures sous 10°C mais c’était cool car c’est plutôt plat même si venteux ! Vous voulez faire un tour en France vous ?

        • Oh mais c’est pas très cher le refuge ! Et c’est en pleine nature, on va se le faire de temps en temps cet été pour alléger le sac pour les grosses randos.

          Whoua ! ça devait être énorme ! Je rêve aussi d’un voyage comme ça 🙂 Mais on va avoir un 4*4 qu’on va aménager cette année, je pense qu’on dormira souvent dedans 🙂

          Oui ça sera en France, on a déjà pas mal de voyages de booker, d’escapades natures aussi, et à côté de ça on essaie d’économiser pour un projet fin 2018 (c’est pas gagné pour l’instant ! ).

          Du coup,on voudrait bien se faire la vélodyssée le le lo,g de l’atlantique. Et on voudrait se faire un pic à 3000m dans les pyrénées aussi. Que de projets en 2017 !

          • Je ne m’étais pas mis d’alerte pour si tu répondais à mes commentaires ! C’est sûr que vous avez plein de projets, mais au moins comme ça yen a bien quelques un qui se réaliseront 😉 Aménager un van/4X4, j’aimerais tant moi aussi ! J’ai entendu beaucoup de bien de la vélodyssée aussi, cette escapade au Danemark m’a donné beaucoup d’envies vélo 🙂

  • Et bien tu m’as vendu la rando ! A part la fin qui a l’air assez flippante (bravo à toi d’avoir surmonté ta peur)… Mais les photos sont magnifiques, et quel récit ! Je pense qu’on va la tenter cette année 🙂 Fin août c’est à ce moment que vous l’avez faite ?

    • Merci, Eloïse. C’est vrai que c’est tendu la fin 🙂 Cette randonnée est très belle, foncez ! Faut juste se préparer un peu physiquement pour affronter la descente de l’Echelle. Oui nous y avons été fin Aout et le temps était hyper clément, on a même eu chaud dans la tente 🙂

  • J’aime beaucoup la luminosité de tes photos, c’est tout doux, ça laisse rêveur… ^_^ Et j’adore j’adore J’ADORE la photo de la vache avec la mer de nuages derrière, superbe !!!!
    Bon sang saleté de Micheline quoi !! Ca a eu l’air éprouvant tout ça. Je n’ai jamais emprunté cette voie pour y aller. J’adore Gavarnie, c’est vraiment un site magnifique. <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *